Top menu

Retail News

Jan/Fév 1997

BON SANG NE SAURAIT MENTIR

Pas une mince tâche que celle qu’ont entreprise Philippe D’Aoust et Diane Paquet en 1992. Près de cent ans d’histoire et de traditions les attendaient lorsqu’ils ont pris la relève de Jean-Charles et René, les fils du fondateur de G.D’Aoust & Cie. Au tournant du siècle, le magasin général de Sainte-Anne-de-Bellevue, à l’extrémité ouest de l’île de Montréal, était le seul magasin sur l’unique route entre Lachine et Valleyfield. « Mon grand-père était un innovateur, raconte Philippe D’Aoust. Il partait en bateau pendant des mois et revenait les valises pleines de produits d’importation. »

Le commerce de détail a bien changé depuis lors et cette véritable institution de l’Ouest de l’île a pris de l’âge. Redresser l’entreprise s’est avéré un défi de taille pour Philippe D’Aoust et Diane Paquet, malgré leurs nombreuses années d’expérience dans le commerce de détail. « La barre était haute, avoue Diane Paquet, et la première année a été particulièrement difficile car tant les employés de longue date que la fidèle clientèle se méfiaient des nouveaux venus que nous étions. »

Pour apaiser les traditionalistes, le duo a conservé et même rehaussé le caractère vieillot de l’édifice de 19,000 pieds carrés datant de 1900. On a exposé la brique extérieure et ouvert les vitrines. On a conservé les vieux comptoirs de chêne, l’escalier monumental qui mène à la mezzanine et repeint le plafond de métal embossé. Sous les tuiles, on a retrouvé l’ancien plancher de bois franc. Il a aussi fallu refaire l’électricité (on éclairait encore au néon) et installé la climatisation. La marque de commerce de l’établissement, le système de convoyeur de monnaie électrique Lamson, datant de 1924, fonctionne toujours. Il reste à aménager le premier, que l’on espère compléter pour les fêtes du centenaire.

Restait le contenu. « G.D’Aoust offrait un peu de tout, ce qui est presque impossible à l’ère des grands surfaces, reprend Philippe D’Aoust.  Il a fallu élaguer certains rayons, en agrandir d’autres et rafraîchir la marchandise. » Exit la ferronnerie, le meuble et les articles de couture, coup de balai magistral dans le vêtement pour hommes et remaniement de fond en comble du rayon cadeaux, qui occupe maintenant quelque 4,500 pieds carrés avec les sections linge de maison et gourmet. Diane Paquet s’assure de ne pas tenir la même marchandise que les grandes surfaces sans pour autant verser dans l’exclusif hors de prix. Nous privilégions les artisans qui nous font des pièces uniques à des prix raisonnables. »

À l’image de Diane Paquet, le magasin bouge tout le temps : on refait les étalages, complète les gammes, retouche les vitrines.  Nous avons mis deux ans à bâtir une équipe à notre image. S’ajoute à cela l’informatisation de toutes les opérations et la création d’une banque de données contenant quelque 8,500 noms que l’on se permet de relancer en temps opportun.

Difficile équilibre que celui que tâchent de maintenir ces deux détaillants. G.D’Aoust & Cie est trop grand pour s’appeler boutique, trop petit pour prétendre au titre de magasin à rayons ou de grande surface. Le magasin se situe en retrait des grands axes routiers, dans un quartier qui vit maintenant au rythme des écluses et des plaisanciers qui y accostent. Tout un défi qu’ont su relever avec brio Philippe D’Aoust et Diane Paquet. Chapeau!

Turning a New Leaf

Philippe D’Aoust and Diane Paquet took on quite a challenge when they took over G.D’Aoust & Cie in 1992. Founded in 1900 by Philippe’s grandfather, G.D’Aoust was, for a long time, the only store on the road between Montreal and Valleyfield.

Under the suspicious eye of long-time employees and faithful customers, D’Aoust and Paquet repositioned the general store, eliminating some categories in order to broaden others such as the gift department that now takes up 4,500 sq.ft. of the 19,000 sq.ft. building.  Once of conventional fare, the department now favours the work of artisans for its originality and reasonable price.

Extensive renovations have given a new life to old oak counters, hardwood floors, and metal ceilings.  The trade mark of the store, an electric Lamson money conveyor dating back to 1924, is still in operation, making G. D’Aoust & Cie a one-of-a-kind shopping experience.

Comments are closed.