Top menu

Le Temps de Vivre

Octobre 1979

Pierre Paquette/Pierre Dulude

CE MAGASIN GÉNÉRAL EXISTE ENCORE

Lorsque vous sortez de votre entourage, de votre ville ou de votre village, il vous faut de toute nécessité l’aide d’un guide si vous voulez absorber rapidement des années, des siècles parfois, de progrès.

Et, si vous passez par Ste Anne de Bellevue, vous ne pouvez pas mieux tomber que sur monsieur René D’Aoust.  Un homme d’affaires prospère et optimiste.

René D’Aoust n’est pas, à proprement parler, le guide de Ste Anne de Bellevue.  Il est trop occupé.  Mais si vous vous attachez à lui et à ses propos, vous n’avez pas fini d’apprendre…beaucoup de choses.

Il a des fonctions bien précises dans une partie du magasin général D’Aoust, fondé en 1900, par son père.

Du sous-sol au rez-de-chaussée, de l’entresol à l’étage, on y trouve de tout : des meubles jusqu’aux souliers, de vrai bon cuir.

« Le commerce d’aujourd’hui, nous confie monsieur D’Aoust, n’est pas celui d’autrefois.  Mais, grâce à de bons employés (les plus âgés le tutoient), on continue de faire de bonnes affaires.  Mais, c’est plutôt par fierté…J’ai eu quatre enfants.  Deux de mes fils sont ici au magasin : Gilles et Philippe prendront la relève.

Votre argent en convoi

Lorsque vous payez votre achat, au magasin D’Aoust, votre argent est soigneusement inséré dans un petit récipient de cuivre.  Ce récipient est ensuite convoyé, par fils et poulies, vers la caisse centrale.  Puis, votre monnaie vous revient avec votre facture marquée « payé ».  C’Est efficace, silencieux, et ça amuse bien des enfants de sept à soixante-dix-sept ans.

Ce système ingénieux est d’ailleurs un des derniers au Canada, sinon le dernier.

La caisse enregistreuse elle-même est presque un monument par ses proportions.  Rutilante de cuivre soigneusement astiqué, elle enregistre le total des ventes à une minute donnée.  Elle date de 1904 et n’a été réparée qu’une fois, par les fabricants, la maison bien connue « National ».

Le Petit « ber » ancien

« Tenez, nous entraîne monsieur D’Aoust, voici un ancien petit berceau, un petit « ber » et c’est moi le dernier qui a couché dedans. Il a plus d’une centaine d’années. Suivez-moi.

« Voici des peintures que je fais. Je choisis surtout de vieilles maisons de la région.  Ici, c’est la maison du docteur Johnson, de Senneville. Là c’est l’ancienne gare du CN à Ste Anne.

« J’ai fait quatre années d’études sérieuses aux Beaux-Arts, sous les meilleurs professeurs du temps. Pour chaque peinture, je travaille sur place et cela me prend une moyenne de six heures, pas plus.  Plusieurs amateurs m’en demandent, et j’en vends.

Nous irons jouer dans l’île

Le dimanche, monsieur René D’Aoust se rend par bateau jusqu’à une toute petite île achetée. ¨Ca se trouve à l’entrée de lac St-Louis. Sur les cartes, elle se nomme l’île Ronde.

Monsieur D’Aoust, pour nos lecteurs, consent à poser devant son établissement.

Il faudrait passer toute une journée dans le magasin. On pourrait passer une semaine à jaser avec René D’Aoust et un mois à explorer la région. Vaudrait mieux acheter une maison dans le coin.

Mais monsieur D’Aoust, légitimement fier, nous dit : Vous avez vu les domaines des alentours?  Et la conclusion rapide est : C’est pas achetable.

Comments are closed.